Collaborateurs

Renaud Adam (Université de Liège)

est Chargé de recherches au Fonds National de la Recherche Scientifique belge (FNRS) et est rattaché au Service d’Histoire moderne de l’Université de Liège. Ses recherches actuelles portent sur la situation de l’industrie du livre au milieu du XVIe siècle dans les anciens Pays-Bas. Sa thèse de doctorat (2011) a porté sur le métier d’imprimeur dans les Pays-Bas méridionaux et en Principauté de Liège aux premiers temps de l’ère typographique (1473-ca 1520).


Ilaria Andreoli (Université de Caen Basse Normandie, Caen)

enseigne l’histoire de l’illustration du livre dans le Master Edition et Mémoire des Textes à l’Université de Caen-Basse Normandie. Docteur en histoire de l’art, elle est spécialiste de l’illustration du livre, et plus spécialement de la circulation des modèles iconographiques via le livre illustré entre XVe et XVIe siècle et des collections des livres anciens entre XIXe et XXe siècle. Elle est chercheur à la Library of Congress et elle est membre associé de l’équipe LASLAR (« Lettres, Arts du Spectacle, Langues Romanes »). Ses recherches portent également sur certains ateliers typographiques, notamment celui de Valgrisi à Venise, et sur les origines de l'illustration sur bois dans cette même ville.


Edoardo Barbieri (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano)

est professeur à l'Università Cattolica de Milan, où il enseigne l’histoire du livre et de l’édition, la bibliographie et la bibliothéconomie. Il a été chercheur en philologie italienne et a enseigné à l’université de Sassari. Il est membre du ConsiglioSuperiore dei Beni Culturali et participe à de nombreux colloques et à différentes publications en Italie à l’étranger. Il fait partie du comité de rédaction des revues "La Bibliofilia" et "Ecdotica" et dirige la collection "HumaneaeLitterae" et "AnectodaVeneta" ainsi que le bulletin électronique "Almanaccobibliografico". Depuis juin 2007, il dirige le Centro di RicercaEuropeo Libro EditoriaBiblioteca de Milano.


Nicole Bingen (Haute École Francisco Ferrer, Bruxelles)

est détentrice de la Notoriété scientifique et professionnelle (équivalent belge du doctorat), chargée de cours honoraire de la Haute École Francisco Ferrer (Ville de Bruxelles), Nicole Bingen a étudié la diffusion de la langue italienne dans les pays de langue française au XVIe et au XVIIe siècles. Ses recherches ont donné lieu à diverses publications, dont Le Maître italien (1510-1610), Bruxelles, 1987, une bibliographie des ouvrages d’enseignement de la langue italienne, et  Philausone (1500-1660), Genève, 1994, un répertoire des éditions en langue italienne. Elle achève actuellement un Recensement des étudiants français, francs-comtois et savoyards d’expression française dans les universités italiennes de 1480 à 1599. 


Concetta Cavallini (Università degli Studi di Bari Aldo Moro, Bari)

est professeure associé de Littérature Française à l’Université de Bari Aldo Moro. Sa thèse de doctorat a remporté en 2002 le Prix Balmas et son livre Langage et poésie. Lire Yves Bonnefoy (Alain Baudry & C.ie, 2009) a remporté, en 2009, le Prix Aristote du Cénacle Européen Francophone de Poésie des Arts et Lettres. Depuis 2002, elle participe à plusieurs projets de recherche italiens financés par le Ministère italien de la recherche ; elle est responsable pour l’Unité de Bari du Projet de Recherche d’Intérêt national (2010) Corpus delteatrofrancesedelRinascimento. Ses intérêts scientifiques concernent les rapports entre France et Italie à la Renaissance, surtout en ce qui concerne la production poétique. Ces rapports sont analysés du point de vue des influences de la littérature italienne en France, de la traduction, de l’histoire des éditions, du théâtre de la Renaissance. Elle est une spécialiste de Montaigne.


Antonio Corsaro (Università degli Studi di Urbino Carlo Bo, Urbino)

est professeur associé de Littérature Italienne à l’université d’Urbino. Ses intérêts scientifiques concernent la poésie comique, satyrique et burlesque (Burchiello, Ariosto, Berni, Michelangelo) et sur la culture et la religiosité à l’époque de la Contreréforme (Percorsi dell'incredulità. Religione, amore e natura nel primo Tasso, 2003). Parmi ses écrits de philologue l’on compte l’édition des Satire de Ercole Bentivoglio (1987), l’edition critique et commentée des Paradossi de Ortensio Lando (2000, 2012) et l’edition des Opere letterarie de Machiavelli (2012). Depuis2005 il est membre et promoteur du groupe de recherche Cinquecento Plurale.


Carlo Alberto Girotto (Università degli studi di Bergamo, Bergamo)

est ‘assegnista di ricerca’ à l’université de Bergame. Entre 2008 et 2012, il a fait partie de l’équipe ERC Starting Grant ‘AFDMats’, sous la direction de Giovanna Rizzarelli, un projet consacré à la mise en ligne de nombreux ouvrages d’Anton Francesco Doni. Il travaille actuellement dans le cadre du projet ‘ARCHILET – Retiepistolari’, sous la direction de CliziaCarminati, auprès de l’Université de Bergame, un projet sur les réseaux des correspondances des hommes des lettres à la Renaissance. Carlo Alberto Girotto a travaillé aussi sur la réception de l’Arioste entre Italie et France et sur Jacopo Corbinelli, sur lesquels il a publié nombre d’articles dans des revues italiennes et étrangères. Il fait partie du Malvasiaproject auprès de la National Gallery of Art de Washington, dans le cadre d’une recherche philologique et bibliographique. Il collabore avec le Dizionariobiograficodegliitaliani et il fait partie du groupe de recherche Cinquecento plurale.


Rosanna Gorris Camos (Università degli Studi di Verona, Vérone)

est professeur titulaire de Littérature française à l’Université de Vérone, après avoir enseigné comme maître de conférences (ricercatore, Université de Ferrare de 1990 à 1998) et comme professeur associé (professore associato, Université de Milan, de 1998 à 2003). Docteur ès Littérature française (Francesistica) et spécialiste de la littérature française de la Renaissance, elle est l’auteur de plusieurs volumes et d’éditions critiques. Depuis 2004, elle dirige le “Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese” (dont elle a été secrétaire de 1994 à 2004), elle est également Coordinateur national du projet  PRIN du MIUR, “Pubblicazione del Corpus del teatro francese del 500”,  Unité centrale: Vérone.


Raphaële Mouren (Enssib, Villeurbanne)

est archiviste paléographe et conservateur des bibliothèques. Ancien membre de l’École française de Rome (histoire moderne), elle a été conservateur de bibliothèques, en charge des collections patrimoniales, à la bibliothèque municipale de Nîmes et directeur adjoint de la Cité du Livre-bibliothèque Méjanes. Après avoir été maître de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’ENSSIB, elle est actuellement directeur adjoint et responsable de la bibliothèque à l’Institut Warburg (Londres). Elle a été directrice du Centre Gabriel Naudé (EA 7286) et en est actuellement directrice adjointe. Ses domaines de recherche privilégiés sont l’histoire de la philologie (plus particulièrement des éditions, traductions, commentaires des textes latins et grecs) et l’histoire du livre érudit au début de l’époque moderne en France et en Italie. Ces recherches incluent l’histoire des manuscrits et des collections, les relations entre humanistes et imprimeurs, les stratégies éditoriales, ainsi que le rôle des divers groupes qui constituent la République des Lettres.


Alfredo Perifano (Université de Franche-Comté, Besançon)

est professeur à l’Université de Franche-Comté (Besançon). Après des études de philosophie à l’université de Rome, il a mené des recherches, en France, dans différents domaines des études italiennes. Ses intérêts portent sur la littérature technique et scientifique, sur les modalités de transmission des savoirs au XVIe siècle et le rapport entre pouvoir politique et culture à la Renaissance. Parmi ses études majeures figurent sa monographie sur l’Alchimie à la cour de Côme I de Médicis et l’édition du dialogue Strix/La sorcière de Giovan Francesco Pico dellaMirandola.


Franco Pierno (University of Toronto, Toronto)

est professeur à l’Université de Toronto dans le département d’Études Italiennes. Il est l’auteur de différentes monographies sur Bernardino Ochino, sur la réception de l’imprimerie à la fin du XVe siècle, et de nombreuses études de lexicographie, d’histoire de la langue et philologiques. Ses domaines de recherche sont l’histoire de la langue italienne, la lexicographie italienne, la "Questionedella lingua", la langue italienne et la religion, les aspects linguistiques des Relations des Jésuites (XVIIe siècle), la littérature italienne de la Réforme (XVIe siècle) et la production de livres italiens dans la Genève calviniste (seconde moitié du (XVIe siècle).



Maria Teresa Ricci (Université François-Rabelais, Tours)

a un contrat d’enseignement à l’Université François-Rabelais de Tours au Département d’Italien depuis 2013. Après une Maîtrise ès Lettres et Philosophie à l'Université La Sapienza de Roma en 1991, elle a obtenu un diplôme d’études approfondies (DEA) en Histoire et civilisation en 1992 à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris.  En 2002, elle a soutenu une thèse de Doctorat ès sur L'Homme universel chez Baldassar Castiglione et Baltasar Gracián (439 p.) à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.Entre 2006 et 2008, elle a été lectrice d’italien au Département d’Italien à l’Université François-Rabelais de Tours et entre 2008 et 2013 elle a étéchargée de cours à l’Université François-Rabelais de Tours au Département d’Italien,  au département d’Histoire de l’Art et  au LEA.Son domaine de recherche s’étend à la littérature et à la pensée des XIVe- XVIe siècles en Italie et en particulier aux traités de savoir-vivre (l'homme de cours et la société de cour).


Luca Rivali (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano)

est professeur de Bibliographie et d'Histoire du livre et de l’édition à l’université Cattolica de Milan et professeur d’Histoire du collectionisme libraire à la  Scuola di Alta Formazione dell’Istituto Centrale per il Restauro e la Conservazione del Patrimonio Archivistico e Librario de Rome. Ses intérêts scientifiques portent sur l’histoire de la bibliographie et sur l’histoire du livre, avec une particulière attention pour les incunabula et pour l’histoire du collectionnisme libraire. Boursier à l’Istituto Italiano per gli Studi Storici di Napoli, il collabore aux projets de recherche du Centro di Ricerca Europeo Libro Editoria Biblioteca (CRELEB) de l’université Cattolica.  


Ugo Rozzo (Università degli Studi di Udine, Udine)

est professeur d’Histoire de Livre et de l’Imprimerie à l’université de Udine. Ses intérêts scientifiques portent sur l’histoire du livre et des bibliothèques à l’époque moderne, mais aussi sur l’édition et la censure dans les siècles XVe - XVIIIe. Il a également mené des recherches sur l’iconologie du livre (Il rogo dei libri; Il libro sotto i piedi) et sur l’histoire du livre et des bibliothèques dans la région FriuliVeneziaGiulia (NelFriulidelSettecento: biblioteche, accademie e libri). Il a organisé divers colloques internationaux à Cividale sur la censure libraire dans l’Europe du XVIe siècle et sur Pier Paolo Vergerio il Giovane.